Le Tiroir à Bricoles.

Matin

Avec un couteau splendide
Aiguisé comme le sourire d’un enfant
Ouvrir ma poitrine haletante et t’offrir mes tripes en souriant.
Que veux tu de moi ?
Que puis je faire de plus ?
Tu peux m’observer entre les aiguilles qui tournent.
Soutenir mon regard jusqu’à ce que je me désintègre et, de poussières, me reconstruire encore.
Pour recommencer sans fin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 × = 81