Le Tiroir à Bricoles.

Venez voir ce petit jeu de mots !

Salut ! Le froid engourdit nos doigts et réduit nos véhémences. Sortir de la tanière devient un effort. Alors pour mettre notre hivernage à profit, nous avons décidé, mon ami Richard Boulanger, musicien, utopiste, épicurien révolutuonnaire et poète et moi même, de jouer à un petit jeu de création poétique en écrivant un poème à deux plumes alternées, chacun un quatrain, nombre de pieds libre… Le jeu commençait lorsque le premier de nous deux aurait dégainé le premier. Il se trouve que c’est moi qui à 1h30 du matin, vis sa muse se pencher délicatement au dessus de ma couche pour sussurer à mon oreille somnolente les quatre premiers vers. Voici donc le début de cet échange… Entre les quatrains, le changement de plume sera indiqué ainsi /S pour Stéphane et /R pour Richard.

Revenez souvent voir l’avancement du poème !

(Vous pouvez laisser votre mail sur la page d’accueil du blog pour être avertis de la parution d’un nouvel article !)

/S

Derrière ton sein brulant tes valves extrasystolent
Lorsque ma main qui ment explore ton épiderme
Prétextant l’insomnie elle dérive et cajole
Tes rondeurs qui somnolent sous les draps isothermes

/R

Onironaute dans tes contrées surréelles…

J’aimerais l’être, mais je reste à la surface

de ton corps, l’île au creux des draps bleus, sur laquelle

ma langue grimpe, glisse, et laisse quelques traces

/S

Ma main sans densité
posée comme un parfum
Promeneuse sylvestre
Arpentant tes chemins
elle avance, cauteleuse
Les phalanges sournoises
Survolant ton duvet
à deux doigts de l’extase

Tenue en respect par
la barrière élastique
D’une culotte de coton
Frontière infranchissable
Comme un soldat progresse
Se sentant repérable
Prêt à prendre d’assaut
Ta forêt électrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

46 + = 48