Le Tiroir à Bricoles.

Venez voir ce petit jeu de mots !

Salut ! Le froid engourdit nos doigts et réduit nos véhémences. Sortir de la tanière devient un effort. Alors pour mettre notre hivernage à profit, nous avons décidé, mon ami Richard Boulanger, musicien, utopiste, épicurien révolutuonnaire et poète et moi même, de jouer à un petit jeu de création poétique en écrivant un poème à deux plumes alternées, chacun un quatrain, nombre de pieds libre… Le jeu commençait lorsque le premier de nous deux aurait dégainé le premier. Il se trouve que c’est moi qui à 1h30 du matin, vis sa muse se pencher délicatement au dessus de ma couche pour sussurer à mon oreille somnolente les quatre premiers vers. Voici donc le début de cet échange… Entre les quatrains, le changement de plume sera indiqué ainsi /S pour Stéphane et /R pour Richard.

Revenez souvent voir l’avancement du poème !

(Vous pouvez laisser votre mail sur la page d’accueil du blog pour être avertis de la parution d’un nouvel article !)

/S

Derrière ton sein brulant tes valves extrasystolent
Lorsque ma main qui ment explore ton épiderme
Prétextant l’insomnie elle dérive et cajole
Tes rondeurs qui somnolent sous les draps isothermes

/R

Onironaute dans tes contrées surréelles…

J’aimerais l’être, mais je reste à la surface

de ton corps, l’île au creux des draps bleus, sur laquelle

ma langue grimpe, glisse, et laisse quelques traces

/S

Ma main sans densité
posée comme un parfum
Promeneuse sylvestre
Arpentant tes chemins
elle avance, cauteleuse
Les phalanges sournoises
Survolant ton duvet
à deux doigts de l’extase

Tenue en respect par
la barrière élastique
D’une culotte de coton
Frontière infranchissable
Comme un soldat progresse
Se sentant repérable
Prêt à prendre d’assaut
Ta forêt électrique.

/R

Suspense trémulant ! J’en souffre et le prolonge

Il précède l’instant du grand saisissement

Qui sortira ton âme en-dehors de ces songes,

Et soustraira ton corps de l’engourdissement,

Mais j’ai ma fine lame – ô fidèle canif !

Reflète un oeil goupil… s’immisce et se faufile

Entre la blanche étoffe et ton pubis captif…

Coupe enfin, d’un trait net, la maille au frêle fil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 2