After the flood.

Le "tiroir à bricoles" se trouvait dans un meuble de la cuisine de ma grand mère. Il renfermait un trésor hétéroclite comme seuls savent en constituer les enfants... /// Tout le contenu de ce blog est soumis à © et toute utilisation entière ou partielle d'éléments de contenu est soumise à un accord préalable.

After the flood.

Attention je vais dire un gros mot !
Mais bordel quel morceau ! Ces enchainements d’accords me rendent fou !
Quand on connaît l’histoire de ce groupe et l’histoire de l’enregistrement de cet album on comprend chaque note jouée. L’intensité que Mark Hollis voulait mettre dans chaque seconde. Une sorte de beauté grave à la fois tragique et merveilleuse. Une musique née d’un maelstrom de tensions immenses, de fatigue extreme, mais aussi d’une rage invincible d’aller au bout d’un voyage dont on sait d’avance que la fin sera tragique. Splendide mais funeste. Comme une dernière charge de soldats encerclés …

https://www.deezer.com/track/1577082?utm_source=deezer&utm_content=track-1577082&utm_term=1677371_1561385878&utm_medium=web

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

67 − 63 =